Je les appelle des « crises de plein air », ces moments où je ressens une furieuse envie de partir le temps de quelques heures. Une bouteille d’eau dans le sac à dos et les écouteurs qui secouent de droite à gauche autour de mon cou.

L’une des choses qui m’anime le plus, c’est de combiner tout un tas de loisirs qui me font sortir de la routine: aller se promener dehors quand il y a un grand ciel bleu; écouter une playlist Spotify soigneusement concoctée pour l’occasion; et emmener un bouquin dans le sac histoire de s’improviser une petite lecture sur le premier banc repéré.

Sur la route, c’est aussi l’occasion de prendre quelques photos à la volée pour les poster sur mon Twitter une fois rentré, comme petite archive des coins par lesquels je suis passé. Mais le plus important, lors de ces petites sorties en solitaire, c’est de choisir où je vais aller.

Le schéma est alors toujours plus ou moins le même : choisir entre la revisite d’un endroit que j’aime, ou tenter le coup en faisant un détour imprévu.